default template

Ancêtres

Jacques Le Marchant, selon certains auteurs, est né à Caen ou près de Caen en Normandie, vers 1638. À 18 ans il s’engage auprès de François Peron, de La Rochelle, pour venir travailler au Québec pendant une période de trois ans au salaire de 75 livres par an.

Le contrat se passe chez le notaire Cherbonnier. La traversée se fait sur le navire le Taureau et le capitaine est Élie Tadourneau. Le départ a lieu le 30 avril 1656 et l’arrivée, à Québec, le 15 juin.

Le 1er février 1660, il épouse Françoise Capel à Trois-Rivières. Le 24 mars 1666, Jacques obtient une concession des Jésuites et en 1669 commence la vie à Batiscan, pour une trentaine d’année, avec sa femme et ses enfants. Jacques décède le 6 octobre 1695 lors d’un voyage d’affaires à Trois-Rivières où il est inhumé dans l’église, en face de la porte. Françoise quitte ce monde le 19 avril 1699 à Champlain et y est inhumée. Alexis, son fils, garde la maison paternelle et les terres qui l’entourent, occupées aujourd’hui encore par des descendants Marchand.

Françoise Capel est née vers 1628 à Cesny-aux-Vignes, ar. de Caen, évêché de Bayeux, en Normandie. Elle débarque à Québec en 1650. Elle entre alors comme sœur postulante chez les Ursulines de Québec sous le nom de sœur Saint-Michel. Elle quitte la vie religieuse le 3 mai 1651 après l’incendie qui détruit le couvent des religieuses. La légende veut que ce soit Françoise Capel qui, par mégarde, aurait causé l’incendie du couvent. On retrouve Françoise à Trois-Rivières. Ses deux premiers maris, Jean Turcot et Jacques Lucas, ayant été tués par les Iroquois, elle épouse Jacques Le Marchant en troisièmes noces. L’acte de mariage religieux est disparu et le contrat de mariage, passé devant le notaire Ameau à Trois-Rivières, est effacé en grande partie. On ne connaît donc pas la filiation de Jacques en France.

Jacques et Françoise ont quatre enfants: Madeleine, Françoise, Marguerite et Alexis.

Madeleine, baptisée le 12 décembre 1660 à Trois-Rivières, épouse Jean Maillot, un commerçant de Montréal, le 1er mars 1688 à Batiscan. Elle donne naissance à quatre enfants. Devenue veuve à 53 ans, elle se remarie le 6 octobre 1715 à Montréal avec René LeGardeur de Beauvais. Elle est inhumée le 15 décembre 1722 à Montréal.

Françoise, née vers 1662, épouse Jean-Baptiste Fafard, sieur de Laframboise, riche commerçant de Trois-Rivières, le 8 novembre 1683 à Sainte-Anne-de-la-Pérade. Trois enfants naissent de cette union. Marie-Anne devient Ursuline, Jean-Baptiste remplace son père dans le commerce et Françoise épouse François-Auguste de Chacornac, Baron de Joannes, Chevalier de la Croix de Saint-Louis. Voici ce qu’en dit M. de Vaudreuil dans son rapport au Roi: « Le sieur de Joannes est âgé de 40 ans. Il serait en état de bien servir s’il n’était un peu extravagant, mais il n’a pas assez de cervelle pour qu’on lui confie un commandement ». À sa mort Jean-Baptiste Fafard laisse à son épouse la plus grosse fortune du temps, soit 40 000 livres.

Marguerite est née vers 1664 et est probablement décédée avant le recensement de 1681.

Alexis, le seul fils de Jacques est né vers 1666. Il épouse Marie-Catherine Rivard dit Lavigne, à Batiscan, le 18 février 1697. Il est âgé de 31 ans. Marie-Catherine lui donne quatre enfants et décède le jour de la naissance de sa fille Marie-Catherine, le 15 février 1703. Alexis épouse en secondes noces Jeanne Tétard à Trois-Rivières le 19 août 1703. Jeanne est veuve de Nicolas Gatineau-Duplessis. Elle est la fille de Jacques Tétard de Folleville, officier, originaire de Saint-Vincent de Rouen (Normandie) et d’Anne LaMarque de Sainte-Colombe, diocèse de Bordeaux, en Guyenne. Alexis et Jeanne ont sept enfants dont un seul, Louis-Joachim, assurera la continuité de la lignée de façon magistrale.

Alexis prend la succession de son père comme cultivateur et négociant. Membre de la Compagnie du Canada. Il possède un magasin général à Batiscan. De plus en 1723, il est rapporté capitaine de milice. Il est propriétaire de nombreuses terres à Batiscan et à Champlain: il est le premier maître chantre connu à Champlain. Son fils Louis-Joachim le remplace en 1730.

Louis-Joachim est baptisé le 18 avril 1717 et décède le 2 août 1803, âgé de 86 ans. Cultivateur et négociant comme son père, il a une nombreuse descendance. Marié trois fois, il est le père de 25 enfants. Huit de ses garçons lui donnent une nombreuse descendance. À son premier mariage, Louis-Joachim, âgé de 22 ans, épouse Marie-Josephte Mercereau dit Lasavanne, le 3 janvier 1740 à Champlain. Marie-Josephte meurt le 27 mai 1747 après lui avoir donné cinq enfants. En secondes noces, il épouse, à Grondines, Marie-Josephte Rivard dit Montendre, le 12 février 1748. Il est âgé de 30 ans, elle, de 31 ans. De ce mariage sont nés sept enfants lorsque meurt Marie-Josephte le 24 mars 1759. En troisièmes noces, il épouse Françoise Roy dit Chatellereault, le 13 avril 1760, à Batiscan. De cette union naissent treize enfants. À son mariage Louis-Joachim est âgé de 43 ans et Françoise est âgée de 21 ans.

Comme son père, Louis-Joachim devient un riche cultivateur-négociant, capitaine de milice et juge de paix. Il soutient un procès qui dure six ans contre le Seigneur Joseph-Antoine Pezard de la Touche, de Champlain . Il gagne sa cause et le Seigneur de Champlain est condamné à payer les frais, ce qui cause sa ruine. Louis-Joachim remplace son père comme maître chantre en 1730 et le demeure jusqu’en 1790, date à laquelle son fils Hyacinthe le remplace.

Rémi Marchand